Dérive

Copyright photo: Niels Ackermann

«Je traîne dans le quartier.» C’est ce qu’un adolescent en situation de décrochage scolaire répond parfois lorsqu’on lui demande ce qu’il fait quand il ne va pas à l’école. Étiquetés «zonards» parfois même «délinquants», ils prennent à leur compte ce présupposé selon lequel ils ne font rien. De cette errance est partie l’idée d’en faire un projet artistique, non sans référence à la fameuse «dérive urbaine», telle que l’a définie et conceptualisée l’écrivain et théoricien français Guy Debord dans les années 1950. Mais en réalité, ces jeunes ne font pas rien. Comment peuvent-ils le montrer? La photographie nous a paru être un bon outil pour rendre visibles leurs déambulations urbaines et encourager leur expression personnelle.

C’est munis d’un appareil photo ou de leur smartphone que Luiz F., Vincent Albert, Amil, Ozan Seker et Kevin Kocher ont «traîné» dans Genève pour réaliser des images de leur environnement, leur quotidien et leur réalité. Ils ont bénéficié de l’accompagnement du photographe genevois Niels Ackermann qui a cherché à leur transmettre son savoir et sa passion pour la photographie.

Leurs récits photographiques ont été exposés du 12 mars au 30 juin 2020 à la galerie un R de famille, rue Goetz-Monin 10, 1205 Genève.

Niels Ackermann exerce comme photojournaliste pour la presse suisse et internationale depuis 2007. Basé à Genève, il travaille sur les thématiques sociales et les questions politiques et collabore régulièrement avec des institutions culturelles parmi lesquelles l’Orchestre de la Suisse Romande ou la Comédie de Genève.
Ses travaux photographiques ont obtenu de nombreuses récompenses dont le Swiss Press Photo Award de photographe suisse de l’année ou le Prix Rémi Ochlik, et ont été présentés dans les principaux festivals et lors d’expositions individuelles autour du monde.

Indigestions © Ozan Seker

Copyright vidéo: Robin Siegenthaler